Survol du Motorola Photon 4G – En collaboration avec Geekbecois.com

Le charme d’Android réside non pas sur son unité, mais bien sur la différence entre tous les appareils utilisant ce système pour opérer. Il va sans dire qu’ils sont innombrables; en faire le décompte serait à toutes fins pratiques inutile, vu l’imposant nombre d’appareils différents, de variations, mais surtout, de gammes couvertes par ce qui est appelé l’écosystème Android. C’est là où Google puise sa force: l’ensemble, et non pas chaque appareil.

Certains appareils répondent à un besoin plutôt particulier: ils sont faits pour voyager. Ils sont relativement rares à dénicher, mais ils sont plutôt pratiques à avoir lorsqu’on va outre-mer. Cet article vous décrira l’un des rares Android haut-niveau de style Monde: le Motorola Sunfire, couramment connu sous le nom de Photon 4G, chez Sprint [ÉUA].

L’appareil

Le Sunfire est un téléphone Monde assez bien constitué. Il dispose de silicone relativement récent, d’une puce vidéo rapide et de certains artifices usagers curieux mais assez pratiques lorsqu’on se rend compte de leur réelle utilité. Je vous fais le topo:

  • SoC nVidia Tegra2
    • Processeur 1gHz double-coeur nVidia Tegra2
    • Puce vidéo GeForceULP 300mHz
  • 1gb de RAM LPDDR2 simple-canal (600mHz)
  • Écran qHD 4.3 pouces ACL PenTile avec Gorilla Glass
  • Caméra arrière 8mpix, caméra avant VGA
  • Sortie HDMI et compatible Motorola Webdock
  • Radio multiprotocoles CDMA/GSM/UMTS
  • Pied

Vous avez bien lu, le Sunfiren a un… pied. Ce pied permet à l’utilisateur de déposer le combiné sur une surface plane et, par exemple, d’écouter une séquence vidéo sans avoir à s’étirer le cou, ou de lire un article de journal sans tenir l’appareil. Vous saurez de quoi je parle si vous essayez l’appareil un jour.

l’utilisation

Moins pour l’utilisation sur de multiples réseaux mais plus par curiosité personnelle, je me suis procuré le Sunfire pour tester le potentiel des puces de nVidia, et je dois dire, à mon grand étonnement, que pour une alternative qualifiée de « sous-alimentée » ou carrément « lente » par certains collègues, j’ai trouvé l’appareil surprenemment rapide et utilisable, pour la deuxième itération de SoCs provenant de nVidia. C’est, en effet, la deuxième fois que nVidia font des combos CPU/GPU/contrôleurs unifiés (obligatoirement sous ARM car Intel ne voulaient pas octroyer de licenses x86 à nVidia par peur d’avoir de nouvelle compétition [compétente, oserais-je la qualifier]).

La qualité audio en conversation, pour un téléphone multiprotocoles, est étonamment claire, signe de l’expertise de Motorola. Pour un téléphone principalement CDMA et supposé faire GSM quadribande et UMTS tribande en dépanneur, le son était très bon, les conversations claires, et mes interlocuteurs ne se sont pas plaints de la qualité audio. Touchons du bois, car normalement, un téléphone qui fait tout, ne fait rien complètement bien.

Ceci étant dit, l’appareil est loin d’être sans défauts, le principal étant l’écran. J’ose critiquer le choix de Motorola en allant vers les écrans PenTile, tout simplement parce que le rendu est imprécis, et qu’on discerne quelques fois des motifs croisés, qui mettent en évidence l’arrangement des cristaux de couleur selon ce standard bien conçu mais autrement mal exécuté.

L’appareil photo arrière non plus n’est pas de tout repos. Il prend des photos d’une qualité somme toute décente avec de bonnes conditions de lumière, mais dès qu’il y a un déséquilibre, tout part et l’appareil se met à montrer des lacunes. Idem pour le flash: il est trop fort et l’appareil ne peut pas compenser, ou prend la photo une micro-seconde trop tôt, montrant le déclenchement du flash. Somme toute, pour la prise de photos, un point-and-shoot régulier ferait meilleure figure.

Au final

Pour l’utilisation que j’en fais (gestion de données personnelles, musique, jeux et plateforme de développement), honnêtement, le Sunfire m’a positivement surpris. Il a évidemment quelques lacunes (surtout au niveau de l’écran), mais l’utilitarisme de l’objet et la puissance inattendue que j’ai reçue en pleine figure sont tous à l’honneur de Motorola pour le combiné, et de nVidia pour le silicone. Pour un premier Motorola Android (vu ma hargne habituelle*), je suis comblé.

*: D’habitude, Motorola barrent les chargeurs de démarrage. Celui-ci peut être débarré, comme le Atrix, dont il est justement le frère jumean non-identique.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire